Passer au contenu principal

La transition réussie de The Quietus, magazine culturel 100% en ligne, vers un financement participatif durable

Luke Turner, cofondateur du célèbre magazine culturel en ligne The Quietus, nous raconte la préparation et les coulisses de leur nouvelle formule par adhésion.

Luke Turner et John Doran, les créateurs de The Quietus

The Quietus est un magazine indépendant de musique, et de culture en général, qui compte des centaines de milliers de lecteurs en ligne. Après avoir testé le financement participatif en acceptant des dons de ses lecteurs ces quatre dernières années, son cofondateur Luke Turner nous explique comment The Quietus a conçu pour sa communauté une offre d’adhésion qui lui est parfaitement adaptée.

Vous avez atteint 600 membres au cours de votre premier mois sur Steady, une franche réussite. Comment avez-vous conçu votre système d’adhésion et quel est le secret de cette réussite ?

Nous avions peut-être une longueur d'avance sur d'autres publications, car nous sommes en activité depuis 12 ans et avions déjà offert la possibilité aux gens de nous soutenir via PayPal. Nous savions que nous aurions déjà une base sur laquelle nous appuyer.

Au lieu d'acheter un exemplaire de The Quietus dans le magasin, notre communauté payait essentiellement pour le lire en ligne et nous soutenir. Au départ, nous étions très prudents avec la monétisation, car il y avait cette idée forte à l’époque que tout était censé être gratuit sur Internet.

Mais au final, les gens étaient tout à fait disposés à nous donner un peu d'argent chaque mois. Et cela nous a permis de continuer à fonctionner ces quatre dernières années où les  revenus publicitaires ont diminué. Cela nous a fait prendre conscience du fait que les gens étaient prêts à payer pour du contenu sur Internet.

Je pense que les gens sont vraiment conscients maintenant que s'ils veulent que les créateurs survivent, ils doivent les soutenir financièrement.

Et maintenant que vous êtes passés aux adhésions, quels avantages offrez-vous à vos membres ?

Ce que les gens aiment vraiment dans The Quietus, ce sont les articles fouillés. Nous avons donc pensé qu'en offrant un de ces articles à nos membres payants, puis en faisant un podcast sur le même thème, cela resterait deux propositions alignées sur l’ADN de notre site, qui est un peu le porte-voix des cultures « underground ». Nous avons pensé que si nous combinions ces deux éléments, en distribuant en même temps de la musique, cela pourrait être une offre très intéressante.

Au Quietus, nous sommes un magazine musical et nous avons de plus en plus le sentiment de faire partie d'un écosystème culturel avec les artistes. Nous voulions être en mesure de donner quelque chose en retour à la communauté au sens large. C'est pourquoi nous avons pensé que produire et financer de la musique serait un bon moyen de le faire. Nous sommes très heureux d'avoir un partenaire pour cela, State 51, qui est une société de distribution de musique, qui nous aide à financer ces sorties pour les membres de nos offres les plus complètes.

Nous connaissions suffisamment bien notre lectorat pour savoir qu'il aimerait probablement des articles fouillés supplémentaires et un podcast. La musique gratuite était un peu la cerise sur le gâteau. Car qui n’aime pas la musique gratuite ? Après tout, ce sont les gens qui aiment la musique gratuite qui ont détruit l'industrie de la musique. Donc, si nous pouvons offrir de la musique pour laquelle les artistes sont payés, ça nous paraît plutôt bien.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de passer à l'adhésion et de modifier votre offre pour y inclure ces avantages supplémentaires pour vos membres ?

Je pense qu'il y avait plusieurs raisons. Déjà parce que c’est bien de pouvoir donner quelque chose en retour aux lecteurs. En plus, parce que les recettes publicitaires ne nous menaient nulle part. Et puis il y a eu la grande perturbation du Coronavirus, qui a signé la fin des concerts et des lives et qui a donc anéanti la dernière de nos sources publicitaires à avoir du sens.

https://youtu.be/pBF-9yVVNfw

Typique de leur humour pince-sans-rire à l’anglaise, la vidéo de présentation de l’offre d’adhésion à The Quietus a été tourné dans une grotte.

Nous avons ensuite eu la chance d'obtenir une bourse du Conseil des Arts d'Angleterre pour nous aider à survivre à une partie de la période COVID. Cela a été d'une grande aide pour maintenir The Quietus à flot et nous avons pensé investir une partie de cet argent dans la mise en place de notre programme d'adhésion. Comme Steady ne demande pas de frais initiaux nous avons pu faire appel à quelqu'un pour le mettre en place - Anthea, qui nous a beaucoup aidés.

L’idée est vraiment de trouver un moyen de rendre son site ou sa publication durable à long terme.

Plutôt que de rester éveillé toute la nuit à se demander si nous pourrions survivre par la publicité, j'ai pensé que c'était un très bon moyen d’assurer notre avenir à long-terme.

Et comment Steady marche-t-il pour vous jusqu'à présent ?

Notre site web a 12 ans, ce qui est relativement ancien pour Internet : il était un peu poussiéreux. Nous n’avons en effet pas de personnel technique, faute de pouvoir le payer. J'avais très peur que notre site ne soit pas compatible avec Steady, mais ça n’a posé aucun problème. Steady est très fonctionnel et sa mise en place a été très simple.

Nous avons choisi Steady pour plusieurs raisons, mais l'une des plus importantes était l'ensemble des fonctions. La possibilité de mettre un bloqueur d’article sur n’importe quelle page est tout bonnement incroyable. Nous pouvons proposer des exclusivités de manière très concrète - ils sont toujours sur notre site mais avec le bloqueur nous incitons instantanément les gens à adhérer pour en voir plus. J'adore le petit bouton flottant sur le côté qui motive également les gens à s’inscrire. Je pense que toutes ces fonctionnalités sont vraiment sympas et je suis soulagé que cela fonctionne avec notre ancien site web à vapeur.

Pensez-vous qu’il y a autre chose que les gens devraient savoir sur les adhésions ou sur Steady ?

J'aimerais dire à quel point Sanket, le consultant de Steady qui nous a accompagnés, a été incroyable dans la préparation de notre lancement. Nous avons exploré différentes plateformes et différentes combinaisons de plateformes : c’était tout simplement incroyable de travailler avec lui. Steady nous a également fourni des datas et analyses très intéressantes et s'est montré très efficace dans le dépannage.

Ce qu’il est important de voir c’est que Steady est géré par des créateurs - qui donnent la priorité aux créateurs. Beaucoup d'autres solutions que nous aurions pu utiliser semblaient très axées sur la technologie. Et ce n'est pas nécessairement utile à un créateur. Il faut que les gens comprennent ce que vous essayez de faire et comment fonctionne l'écosystème des médias indépendants. C'est une vraie force de Steady : ce n'est pas une plateforme de tech qui essaie de faire de l'argent grâce aux créateurs, ce sont des créateurs qui essaient de faire fonctionner l'écosystème des médias indépendants.

Je pense que sans Steady, nous aurions eu du mal à lancer un modèle d'adhésion qui corresponde si bien à ce que nous faisons. Et quand nous avons vu que Gay Times et Gal-Dem travaillaient déjà avec Steady, nous avons dit : « d'accord, c'est la plateforme qui fonctionne avec des gens qui ont des valeurs similaires aux nôtres ». C'était aussi un grand facteur de motivation.

Devenez membre de The Quietus on Steady

https://steadyhq.com/thequietus/about