Passer au contenu principal

Lettre interne de l’Ordre Martiniste – Paris le 21 Octobre 1915 adressée à Amon Medonça (Dorec, Papus, Amon Medonça)

Bonjour,

Aujourd’hui nous vous partageons un bout de nos archives, une lettre interne de l’Ordre Martiniste datée du 18 Février 1916.

Si jamais des membres pouvaient nous aider dans la retranscription, nous sommes preneurs.

Il y aura une lettre de temps en temps.  Vous pouvez trouver un inventaire ici : 

https://lesothentique.wordpress.com/2018/07/14/inventaire-des-lettres-de-lordre-martiniste-que-nous-possedons/

Voici la lettre du jour :

« Monsieur Amon Medonça, Salonique

Tr.·. Ch.·. Fr.·.

Le Sup.·. Cons.·. a longuement examiné l’affaire concernant votre loge, de laquelle il avait du reste déjà connaissance, et me charge de vous dire qu’il a entamé des pourparlers pour régulariser votre situation et qu’il espère y parvenir prochainement.

Le Sup.·. Cons.·. a manifesté ses regrets de voir que vous vous êtes mis dans cette situation par suite de trop de précipitation, par l’étude incomplète, et la mauvaise interprétation d’un des articles. Notre Présid. ne pouvait pas et n’a jamais pensé relever quelqu’un d’un serment, qui n’avait pas été fait à lui-même.

Les symboles et mots maçonniques se trouvant dans tous les livres maçonniques, et quand pour la première fois Papus à publié et expliqué dans un de ses ouvrages ou revues la légende d’Hiram, « La Chaîne d’Union », organe de cette société l’a vivement félicité.

Les symboles appartiennent au livre de la Nature, et la signification de tous les symboles doit être cherché par les mart.·., et cela dans différents plans, puisque tous les symboles ménent à l’ésotérisme. Mais rien ne nous (illisible) à confondre le martinisme avec la F.·. M.·. et de conférer des grades, que vous n’auriez pas reçus de nos mains.

Dés que nous aurons un résultat nous vous le ferons connaître.

Veuillez recevoir mes Frat.·. Salut.·.

Le secrétaire du Suprême Conseil

H. Staub. (2)«

(1) Nous savons de Amon de Medonça, qu’il fut membre de l’Ordre Martiniste, mais également vénérable de la Loge Ben-Berith, qui était rattaché à la Grange Loge Symbolique Espagnole.

(2) Pour nous il s’agit d’Henri Staub, alias Dorec, secrétaire de l’ordre martiniste, on pense qu’il s’agit du père du pianiste Victor Staub. Ici il signe de son vrai nom, ce qu’il changera avec le temps en signant Dorec.

Alsacien, chargé notamment des relations à l’international, correspondances, règlements, problèmes internes et externes des loges martinistes étrangères, tombé malade et décédé en 1906 à Paris au 3 rue Thimonnier à l’âge de soixante et un ans. (Merci à la biographie de Papus par André et Beaufils).

Merci de votre participation à la sauvegarde de notre patrimoine ésotérique.

Seuls les membres qui ont accès à cette publication peuvent lire et écrire des commentaires.